L'Age des Hommes

Parties sur forum et construction d'un jeu
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Description d'Herm

Aller en bas 
AuteurMessage
Adilva
Admin
avatar

Messages : 423
Date d'inscription : 12/09/2010

MessageSujet: Description d'Herm   Dim 26 Sep - 14:40

HERM

Géographie :



Herm est le plus petit pays du Continent, Hermès n'ayant pas lutté lors du partage du territoire pour avoir une plus grosse part du gâteau.
Cependant, ce pays eut l'inconvénient d'être, en plus, fort mal situé : placé entre les territoires d'Astyoché et de Pandora, ces deux ennemies de toujours, il eut du mal à se construire, devant sempiternellement subir les traversées des troupes de l'un ou de l'autre territoire. Grâce à ses appuis cependant, le pays fit construire par les cyclopes et les nains les deux grandes murailles qui protègent les frontières au sud et au nord. Chaque muraille a trois portes – est, centre et ouest – qui permettent des échanges avec l'extérieur, notamment grâce aux deux fleuves Alma et Ruhana, très fréquentés, ce qui fait de la capitale du pays, Sollertia, une des plus riches du continent (cf. ci-dessous la section spéciale sur la capitale Hermoise).
Une fois ces splendides murailles construites, réputées imprenables, le pays put enfin se développer dans la paix et l'opulence. Ce n'est certes pas grâce à l'agriculture cependant : la terre est peu fertile, trop sèche, et la campagne est aussi pauvre et dépeuplée que Sollertia est riche et dense.

Système politique :
Monarchie (cf. partie sur Sollertia pour plus de précisions).

Population :
La population d'Herm est composée de deux castes : les très riches, et les autres. Mais comme ce sont les très riches qui font vivre les autres en les employant ou en achetant ce que les autres vendent, tout cela fait bon ménage. Surtout que les plus dégourdis parviennent toujours à profiter un peu mieux que d'autres de ces richesses.
L'autre clivage de la société est un clivage hommes/femmes. La polygamie est autorisée (quoique rare) et la ou (les) femme doit rester sagement à la maison qu'elle gère, comme l'éducation des enfants. Elle doit, en outre, diriger les affaires du mari si celui-ci se trouve dans l'impossibilité de le faire lui-même (voyage, maladie, décès...) Mais si elle doit sortir pour se faire, elle le fait voilée. Cela contraste grandement avec la liberté que les filles ont. En effet, si après le mariage les femmes sont plus ou moins cloîtrées chez elle, elles ont, avant cela, toutes les libertés (y compris et surtout celles d'aimer). Cependant, elles ont un statut moindre et jamais une femme célibataire ne sera écoutée sérieusement d'aucun Hermois.
De manière générale, ils voient d'un assez mauvais œil les membres des Colonnes : ils n'aiment pas que la Colonne de l'Ordre s'immisce dans leurs affaires, ni les Bohémiens qui travaillent sans se faire rémunérer (c'est louche), ni les Filles Perdues (les femmes doivent rester à leur place). Seuls les Nécromans sont acceptés, même respectés, par la population.
Ils sont, de manière générale, friands de tout signe extérieur de richesse et sont très raffinés dans leurs manières et leurs goûts. La chaleur générale pousse chacun et chacune à porter des vêtements amples et légers.

Import/export :
Les terres du pays étant particulièrement difficile à cultiver, Herm doit sa richesse aux familles marchandes et aux industriels (depuis quelques 200 ans seulement) qui importent des matières premières et revendent des produits finis beaucoup plus chers (notamment en matière de textile).

Export :
encens
produits finis

Import :
matières premières


Dernière édition par Adilva le Dim 26 Sep - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agedeshommes.forumgratuit.org
Adilva
Admin
avatar

Messages : 423
Date d'inscription : 12/09/2010

MessageSujet: Re: Description d'Herm   Dim 26 Sep - 19:28

Histoire


Extrait de la Genèse de l'Homme, Thersite, an 1042 de l'âge des dieux (version non censurée, avec dates originelles):

« Sollertia est une des premières villes bâties à l'âge des dieux, mais contrairement à ses consœurs An-Aruma, Arcane, Pella ou Hari-Malake, construites dans le même temps, elle fut longtemps reléguée au rang de ville mineure du Continent.

« Au départ, ce n'était qu'un petit bourg, et cela resta longtemps ainsi – si longtemps qu'aucun ne pensait qu'elle se développerait un jour. Aussi, lors du partage des terres qui attribua à chacun des dieux un territoire et une population à administrer, on donna tout naturellement à Hermès, le moins fier et le moins ambitieux des dieux majeurs, une terre qui servirait de zone-frontière entre Pand et Arté, et qui ne contenait qu'un bourg méritant (plus ou moins) le nom de ville : Sollertia. C'est ainsi que ce petit bourg devint la capitale minable du plus petit pays du Continent.

« Pourtant, Sollertia avait tout pour devenir une grande : le fait qu'elle soit située au confluent de deux fleuves continentaux faisait d'elle un centre commercial pour la partie est du Continent grâce au fleuve Alma, Sollertia était reliée à Héca, Them, le territoire nord d'Eurys et Pand ; avec le fleuve Rubana, elle avait accès à Arté, Gysè et au territoire sud d'Eurys.

« Malheureusement, le fait que les Amazones et les guerrières de Pand traversassent régulièrement le pays et pillassent avec la même fréquence Sollertia n'était pas pour rassurer les pays qui auraient pu se montrer intéressés par ce pôle commercial.

« Ce fut le roi Amiroz qui, le premier, eût l'idée de s'attacher la sympathie des autres dirigeants pour qu'ils aident à la construction de son pays. Puisque les autres ne voulaient venir à Herm, Herm iraient à eux. La légende fondatrice affirme qu'Hermès lui-même apporta l'or nécessaire à l'application de son projet ; une explication plus simple peut cependant être fournie : Amikos était le descendant d'une très grande famille qui avait fait fortune dans les autres pays et, lorsqu'il revint dans son pays natal, ce fut pour en devenir le chef – et ainsi établir un fief à sa colossale fortune.

« Il choisit dix-sept hommes, habitants de Sollertia. Ces dix-sept hommes avaient tous en commun ceci : ils étaient beaux, ils parlaient bien, ils étaient ambitieux. Il s'attacha leur fidélité par sa générosité et sa prestance. Il faut préciser ici qu'Amikos semblait béni des dieux tant son charme imposait à ceux qui l'approchaient. Tous les témoignages de l'époque – y compris ceux de ses détracteurs – parlent de lui comme une « figure d'ange », « l'élégance même », « surtout, un air de générosité et de loyauté qui s'attachait à lui tous les cœurs, même les plus méfiants ». Il semble que sa libéralité et son caractère agréable étaient des atouts remarquables qui firent que cet attachement devint loyauté.

« Une fois qu'il se fut attaché ces dix-sept hommes à qui il confia presque toute sa fortune, il les fit se disperser dans chaque pays du Continent. Le risque était grand pour lui de tout perdre, mais il comptait sur la loyauté de ses hommes, et il eut raison. En une décennie, la pus grande partie de ses dix-sept hommes étaient devenus « seigneurs marchands » dans leurs nouveaux pays et, pour certains, eurent même l'occasion de conseiller des dirigeants : ce fut le cas à Eurys, Gysè, Nirésis, Eosie, Opula en particulier. Par la suite, Amiroz n'hésita pas à envoyer des ambassadeurs dans chaque pays pour représenter la « sagesse d'Herm » en cas de litige entre différents pays pour faire valoir un message de paix – hypocrite mais efficace car appuyé dans la pratique par le solide bon sens propre aux Hermois. Les dix-sept marchands eux-mêmes n'hésitaient pas à se montrer libéraux avec leurs amis, féroces envers leurs ennemis, arrangeants avec leurs concurrents et loyaux envers leurs nouveaux princes, comme le leur avait appris Amieoz. Mais cette loyauté n'était qu'apparence et, malgré le passage des années, ils n'étaient en vérité loyaux qu'envers leur premier – et seul – prince.

« Certains prétendent que ces seigneurs marchands n'étaient qu'une couverture pour cacher une guilde d'espions qui trouvèrent parfois des secrets si scandaleux qu'Amiroz put faire pression sur certains dirigeants afin d'obtenir l'aide demandée : en l'an 108 du règne des dieux, plusieurs chefs d'état se réunirent pour décider de régulariser la situation d'Herm. Galacia V, monarque d'Eurys, et Ingens, dirigeant d'Opula, furent ceux qui aidèrent le plus à la construction des fabuleuses murailles d'Herm. Je ne reviendrai pas sur leur construction, j'ai attribué un assez long discours sur ce sujet dans mon second chapitre « Les Constructions merveilleuses de Ceux qui Marchent sur la Terre ».

« Ce qui nous intéresse ici, c'est ce que cela apporta à Sollertia. Désormais protégée des mouvements de troupes inopportuns, la ville devint un pôle commercial sûr et d'autant plus important qu'il était désormais, en plus d'être au confluent des deux fleuves, la « banque » et le point de rapatriement des dix familles les plus importantes du pays dont l'influence ne se limitait pas à Herm.

« En quelques décennies, Sollertia devint une des villes les plus puissantes du Continent, en en devenant la capitale commerciale et politique : elle était le nœud des intrigues politiques de tout le continent, intrigues dont elle avait connaissance par ses espions, qu'elle démêlait ensuite par ses ambassadeurs.

« Amiros et ses dix-sept pionniers ne vécurent pas assez longtemps pour voir Sollertia devenir la grande ville qu'elle est aujourd'hui : belle, grande, aérée, riche. Mais, lorsque l'âge (ou quelque poignard dorsal) leur fit fermer les paupières, ils savaient que le plus difficile était fait.

« On aurait tort, cependant, de penser que cette entreprise fut une réussite totale. En effet, si le but politique était atteint, le but personnel d'Amiroz avait subi un échec relatif. Une partie de sa fortune disparut à Arté, Pand, Dion. Le seigneur marchand d'Arcane disparut mystérieusement dès son entrée à Héca – bien qu'Hécate elle-même eût l'extrême amabilité de faire renvoyer l'or et les marchandises, avec un supplément de quelques coffres de galions pour excuser le dérangement qu'occasionnait l'affaire. Ils ne purent jamais s'établir véritablement à Eos et Asty. L'installation de la famille à Gysè lui coûta plus qu'elle ne lui rapporta, à court terme, tant les obstacles furent nombreux (incendies, vols des marchandises, traitrises de tout genre se multipliant et ne semblant pas avoir de fin). Des dix sept familles, il n'en reste aujourd'hui qu'une dizaine, dont les demeures cernent le palais royal.

« Lorsque les murailles furent construites, Herm vit le nombre de ses habitants se multiplier, et ceux qui suivirent l'exemple des Seigneurs Marchands furent nombreux. Les descendants de ces seigneurs purent ainsi rentrer chez eux et s'occuper de politique. En effet, la nouvelle génération ne pouvait avoir la même loyauté envers le roi – le charisme troublant d'Amiros n'était plus là pour exercer son curieux pouvoir. Après avoir remboursé leurs dettes au nouveau roi, ils prirent indirectement le pouvoir. Le roi d'Herm, aujourd'hui encore, tient davantage d'une sorte de représentant que de véritable monarque. Ce qui sauva sans doute le pays de guerres civiles furent les mariages imposés par le monarque qui unirent les familles entre elles et à celle du roi – ce qui permit, après quelques temps de troubles, de retrouver une paix fondée sur la confiance et la loyauté. Le fait que cela inspira confiance aux étrangers et fit grimper les bénéfices ne fit que conforter les grandes familles à œuvrer ensemble avec le roi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agedeshommes.forumgratuit.org
Adilva
Admin
avatar

Messages : 423
Date d'inscription : 12/09/2010

MessageSujet: Re: Description d'Herm   Dim 26 Sep - 19:36

Sollertia

Extrait de Histoire d'une ville  de Sistéoz, prêtre officiant dans le temple de Polyphèm à Sollertia, an 798 de l'âge des dieux, édition annotée par le moine Fulibert, grand admirateur de Sollertia, an 427 de l'âge des hommes, édition manuscrite tenue secrète dans la Grande Bilbiothèque.
Les notes de Fulibert sont marquées en vert, alors que le texte original est laissé en noir.

« Sollertia est une ville dans laquelle hauteur signifie puissance. Sa vieille ville, celle qui regroupe les dix quartiers, se trouve au sommet d'une colline dont le point culminant – le palais royal – est de 560 mètres au-dessus du niveau de la mer, selon mes propres calculs. Les huit temples dédiés au dix-sept divinités majeures sont regroupés autour de la Place Royale, qui voit s'opposer le palais royal et le temple d'Hermès.
Aujourd'hui, ces temples ont été reconvertis par des marchands puissants comme domiciles pour les plus riches, ou comme entrepôt. Un sert actuellement d'hôpital et d'école de médecine, et le temple d'Hermès a été offert généreusement aux Colonnes de l'ordre pour qu'elles puissent y établir leur ambassade.
[…]
Les différents quartiers se sont naturellement développés autour de leurs temples. […] Les quartiers situés au nord du fleuve Rubana sont les plus riches, mais même ceux de la rive sud, quoique de réputation plus médiocre, ne sont pas à court de démonstration de richesse. Le quartier des plaisirs, par exemple, étonne par ses riches couleurs. Le jour de la fête de Phèdre, les rues y sont recouvertes de velours rouge et de pétales de roses blanches (aujourd'hui, cela se fait lors de la fête de Nature). Seul le quartier des morts peut être dit « mal-famé » : on trouve, autour du cimetière, toutes sortes de commerce étrange dont j'ai honte de parler ici. Seuls les fous osent s'y promener. (Malheureusement, force est d'admettre que c'est toujours le cas, malgré l'établissement de quelques nécromanciens dans ce quartier).
[…]
Le cercle qui se développe près de la place royale, sur la rive nord, est constitué des maisons des dix grandes familles les plus anciennes. A la base, dis-sept somptueuses demeures avaient été bâties autour du palais mais certaines, ayant dû être abandonnées par leur famille ont été récupérées par le Roi pour en faire des maisons d'hôtes ou par leurs voisins pour agrandir leurs jardins.
[…]
Le bâtiment public le plus imposant après le palais royal est l'amphithéâtre situé dans le quartier administratif. […] De tout temps, y porter une arme fut interdit, quelles que soient la naissance et l'origine de la personne. Ce fut là qu'Adilva tenta de convaincre tous les dirigeants du Continent d'unir leur force contre les dieux. Les dégâts que firent l'attaque de Pandora est encore visible, car il fut impossible de trouver exactement les mêmes que celles utilisées lors de la construction du bâtiment.
[…]
Le faubourg s'est construit bien après la naissance de Sollertia. La destruction des murailles internes – aujourd'hui devenues artères principales – et la construction des murailles externes ne datent que de 353, ce qui prouve mieux qu'un long discours à quel point il est récent par rapport à la vieille ville, dont les murailles avaient été bâties dès l'an 59. Désormais, l'ancien faubourg est devenu le bourg et, à l'extérieur des murailles, s'étend un large faubourg plus récent et plus pauvre, cerné parfois par les manufactures ou les entrepôts.
Le faubourg est un endroit agréable à vivre, calme et paisible. Certes, il semble bien terne par rapport à l'éclat que nous offre le cœur de la ville, mais, pour dire le vrai, bien peu de capitales peuvent s'enorgueillir d'un tel faubourg. Le roi Apikoz 3° a même fait construire le canal ouest et le canal est après la pandémie de 598, pour assurer désormais une meilleure hygiène à tous ceux qui y vivent.. Le fait qu'Apikoz se soit davantage soucié de la vie quotidienne de ses sujets que de sa protection témoigne encore une fois notre ambition de paix et d'égalité (était-il vraiment si naïf ?) pour tous. Il est vrai que, grâce à nos murailles-frontières, nous avons bien peu de choses à craindre, et la construction des fortifications externes de Sollertia avait fait grand scandale, étant considéré comme la cause d'une dépense inutile. »[justify]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agedeshommes.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Description d'Herm   

Revenir en haut Aller en bas
 
Description d'Herm
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Description de Kii - Panda terre lvl 143 - Jiva
» Description RP
» Description des personnages
» Description des jeux
» Description du forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age des Hommes :: Description du monde :: Géographie-
Sauter vers: